06 81 94 62 95 Olivier@nature-provence.com

S’identifier

S’inscrire

Après avoir créé un compte, vous pourrez suivre votre état de paiement, suivre la confirmation et vous pouvez également évaluer la balade après avoir terminé celle ci.
Nom d’utilisateur*
Mot de passe*
Confirmer le mot de passe*
Prénom*
Nom*
Courriel*
Téléphone*
Pays*
* La création d'un compte signifie que vous êtes d'accord avec nos Conditions d'utilisation et notre Déclaration de confidentialité .

Déjà Membre ?

S’identifier
06 81 94 62 95 Olivier@nature-provence.com

S’identifier

S’inscrire

Après avoir créé un compte, vous pourrez suivre votre état de paiement, suivre la confirmation et vous pouvez également évaluer la balade après avoir terminé celle ci.
Nom d’utilisateur*
Mot de passe*
Confirmer le mot de passe*
Prénom*
Nom*
Courriel*
Téléphone*
Pays*
* La création d'un compte signifie que vous êtes d'accord avec nos Conditions d'utilisation et notre Déclaration de confidentialité .

Déjà Membre ?

S’identifier

Le Tétras lyre

Le Tétras lyre ou Petit coq de bruyère :

un oiseau menacé des Alpes du Sud

Cet oiseau magnifique vous fait vous demander comment la nature peut créer des espèces aussi originales. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, on le rencontre de la Montagne de Lure à l’Ubaye en passant par le Massif des Monges ou encore en haut-Verdon. Oiseau de montagne par excellence, le Tétras lyre reste une espèce difficile à contacter. Il vit à la limite supérieure des forêts.

J’ai eu la chance de rencontrer cet oiseau, notamment à l’occasion de comptages au chant, organisés par le Parc National du Mercantour.

Les effectifs ont chuté de 75 % dans les Préalpes du Sud, où on y comptabilise environ 6 500 mâles (départements : 04, 05, 06, 26). En montagne de Lure, depuis 2013, l’espèce semble revenir. C’est une excellente nouvelle, mais l’oiseau régresse ailleurs. Les causes sont dues à plusieurs éléments : déréglement climatique, prédateurs (renards, Grand corbeau…), pathologies, l’embroussaillement généralisé, piétinement des troupeaux de moutons, mais aussi dérangement humain direct et indirect (ski, collisions contre les téléskis). En effet, l’oiseau est souvent dérangé en plein hiver et perd beaucoup d’énergie à s’enfuir.

En conclusion, les causes naturelles de raréfaction de l’espèce sont importantes, mais l’humain y participe beaucoup. Il est parfois de difficile de ne pas se laisser tenter par un versant poudreux où l’on devine que la neige sera excellente et pourtant, cela peut impacter l’espèce ! Concernant la chasse, il est grand temps de cesser cette activité qui participe à précipiter l’oiseau vers la disparition.

Si vous avez la chance de surprendre l’espèce au coin d’un bois de mélèze, pensez à tout ceci et surtout vivez l’instant de cette rencontre, aussi furtive soit-elle ! Bonnes balades dans nos belles Alpes du Sud aux accents provençaux.